Femme et stéroïdes anabolisants

Sustanon, stéroïdes et troubles sexuels : quel rapport ?

Médicaments améliorant l’apparence et la performance, les stéroïdes tels que Sustanon sont utilisés dans les sports récréatifs et par les culturistes. Toutefois, en raison de leur action négative sur la régulation de l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique, ces substances peuvent avoir des effets nocifs sur la libido et les performances sexuelles. Chez les hommes, les stéroïdes peuvent provoquer une suppression réversible de la spermatogenèse, une atrophie testiculaire, une infertilité et la dysfonction érectile. Chez les femmes, ils peuvent perturber la fonction ovarienne et conduire à des irrégularités menstruelles.

Sustanon, qu’est-ce que c’est ?

Sustanon est la dénomination commerciale d’un mélange d’esters de testostérone. A l’origine, ce médicament était utilisé en pédiatrie pour relever le niveau de testostérone et soigner les retards de croissance. Mais, du fait de sa teneur en testostérone, ce stéroïde anabolisant est devenu populaire auprès des adeptes de la musculation. Et bien qu’il soit classé produit dopant, Sustanon est fortement utilisé par les athlètes et surtout les culturistes et les adeptes de la force athlétique.

Consultez le site sportchoc.tv pour plus de détails sur Sustanon.

Effetsb de Sustanon et autres stéroïdes
Sustanon est un médicament de la famille des stéroïdes anabolisants. Il,a été détourné de ses usages thérapeutiques par les adeptes de musculation. Sustanon contribue à la construction musculaire et à l’augmentation des performance athlétiques. Le revers de la médaille, c’est qu’il a des effets secondaires incluant les troubles sexuels.

Que sont les stéroïdes ?

Les stéroïdes anabolisants sont des substances synthétiques apparentés à la testostérone. La testostérone est l’hormone sexuelle masculine responsable de la croissance des os et des muscles, ainsi que du développement de caractéristiques masculines telles que les poils du visage et une voix plus grave.

Ils augmentent également la masse et la force musculaires. Bien que cela puisse prendre un peu plus longtemps, vous pouvez obtenir les mêmes effets en suivant un programme de musculation supervisé et en bénéficiant d’une bonne nutrition. Les stéroïdes sont des substances contrôlées, qui ne sont disponibles que sur ordonnance. Ils sont utilisés pour traiter des affections médicales spécifiques.

Qui utilise les stéroïdes anabolisants tels que Sustanon et pourquoi ?

Les personnes susceptibles d’utiliser les stéroïdes en dehors d’un cadre médical comprennent les :

  • Athlètes ;
  • personnes soucieuses de leur image corporelle ;
  • bodybuilders ;
  • personnes travaillant dans les industries de la mode et du divertissement ;
  • personnes qui ont besoin de force musculaire pour faire leur travail (gardes du corps, personnel de sécurité, ouvriers du bâtiment, policiers et membres des forces armées)
  • jeunes hommes qui souhaitent obtenir le physique décrit dans les médias.

Les stéroïdes anabolisants agissent en imitant les propriétés des hormones naturelles. Ils ont une composition chimique similaire à la testostérone et sont donc capables d’activer les récepteurs de testostérone. Une fois que les récepteurs sont stimulés, les réactions métaboliques ont un effet domino. Le médicament indique au corps d’augmenter la production de tissu musculaire. Les stéroïdes anabolisants sont généralement pris sur une période de 6 à 12 semaines. Ceci est suivi par une pause de la même durée pour empêcher que les cellules musculaires soient inhibées à long terme.

Les effets des stéroïdes sur les fonctions reproductives masculines

Chez les hommes, l’abus de stéroïdes peut entraîner les effets secondaires suivants sur les fonctions de reproduction :

  • une diminution de la production de sperme
  • un rétrécissement des testicules
  • un cancer des testicules
  • l’infertilité
  • l’élargissement de la prostate

La testostérone étant le principal régulateur de l’axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire, il n’est pas étonnant qu’ils exercent un effet suppresseur sur le système hypothalamo-hypophysaire. La suppression de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH) qui en résulte entraîne une diminution de la testostérone intra-testiculaire et de la testostérone sécrétée, ainsi qu’une diminution de la spermatogenèse et de la production de sperme.

La LH et la FSH sont fortement corrélées avec le nombre de spermatozoïdes, c’est-à-dire que plus les gonadotrophines sont basses, plus le nombre de spermatozoïdes est faible. Parallèlement à la diminution de la spermatogenèse, le volume des testicules diminue de manière significative, car les tubules occupent environ 95% du volume des testicules et que leur atrophie provoque un rétrécissement du testicule.

En plus de la diminution du nombre de spermatozoïdes et du volume des testicules, certains utilisateurs souffrent d’un manque de libido et de dysfonction érectile, ainsi que d’autres signes d’hypogonadisme. Cela se produit surtout chez les hommes qui consomment des stéroïdes aromatisables, entraînant des taux élevés d’œstrogènes. Bien que des niveaux physiologiques d’œstrogènes soient nécessaires pour une fonction sexuelle normale, les doses extrêmement élevées et le déséquilibre entre la testostérone et l’œstradiol semblent être la cause du dysfonctionnement sexuel dans ces cas. Nombreux sont les utilisateurs de stéroïdes qui prennent du Cialis dans le but de juguler une dysfonction érectile.

Le développement et la croissance de la prostate dépendent des androgènes. La prostate se développe pendant la puberté et les petites prostates des patients hypogonadiques atteignent des dimensions adultes normales après un traitement à la testostérone. De plus, les androgènes sont souvent considérés comme des promoteurs, voire des initiateurs du carcinome de la prostate, de sorte que l’on peut s’attendre à un taux élevé d’hypertrophie bénigne de la prostate et de carcinome de la prostate chez les utilisateurs abusifs de stéroïdes, souvent exposés à de fortes doses. Chez ceux qui abusent des stéroïdes, le rétablissement peut prendre énormément de temps. Ceci, en plus des prédispositions individuelles, est probablement dû aux énormes quantités de stéroïdes consommées. Par exemple, après la fin de l’abus de stéroïdes comme le sustanon et la nandrolone, des métabolites peuvent encore être détectés dans l’urine après plus d’un an chez certains hommes.

Femme et stéroïdes anabolisants
Dans le milieu de la musculation, les femmes sont bien présentes et utilisent par moments ou régulièrement Sustanon ou d’autres stéroïdes anabolisants afin d’avoir un corps musclé et des performances athlétiques accrues. En cas d’abus, cette gent féminine subit de plein fouet troubles sexuels et bien d’autres effets délétères.

Les effets nocifs des stéroïdes sur les fonctions sexuelles féminines

Chez les femmes, l’abus de stéroïdes peut conduire à des troubles comme :

  • une diminution de la taille de la poitrine ;
  • des poils faciaux;
  • une calvitie ;
  • une voix grave
  • des règles irrégulières.

Chez les femmes, la dysménorrhée, l’oligoménorrhée, l’aménorrhée secondaire, l’anovulation et, par conséquent, l’infertilité sont les changements les plus souvent attribués à l’utilisation abusive des stéroïdes anaboliques. Cela conduit à une diminution de la LH et de la FSH et donc à une diminution de la production d’œstrogènes.

L’hirsutisme et l’alopécie sont fréquents, mais sont dans la plupart des cas, des effets secondaires réversibles de l’utilisation des androgènes et des stéroïdes chez les femmes. Le degré de croissance des poils du visage ou du corps dépend de la dose et de la durée de l’abus.

L’aiguisement de la voix est causé par la croissance du larynx et par l’épaississement des cordes vocales chez les femmes après la puberté. Comme le tissu laryngé possède des récepteurs d’androgènes, l’approfondissement de la voix fait partie de la virilisation que les substances androgènes peuvent causer chez les femmes.

L’effet des androgènes exogènes sur le développement du cancer du sein a fait l’objet de controverses dans la littérature scientifique. L’absence d’études contrôlées et d’enquêtes épidémiologiques contribue à cette incertitude. Toutefois, chez les femmes ménopausées, une légère augmentation du risque de cancer du sein en corrélation avec les taux sériques de testostérone et d’androstènedione a été constatée, mais uniquement dans les cas de cancers de type E+/P+. Dans certains cas, il a été rapporté qu’après la cessation des stéroïdes chez les femmes, il fallait jusqu’à 20 mois pour que les concentrations sériques de testostérone redeviennent normales.

Sources :

  • https://www.slate.fr/story/156697/56-des-britanniques-utilisent-des-steroides-pour-des-raisons-esthetiques
  • http://www.bodyscience.fr/?Les-steroides-comment-ca-marche
  • https://www.streetdirectory.com/etoday/do-steroids-cause-erectile-dysfunction-wcwafl.html
  • https://www.mensjournal.com/health-fitness/10-ways-to-prevent-erectile-dysfunction-20140602/watch-your-alcohol-consumption/
  • https://www.acog.org/Clinical-Guidance-and-Publications/Committee-Opinions/Committee-on-Gynecologic-Practice/Performance-Enhancing-Anabolic-Steroid-Abuse-in-Women?IsMobileSet=false
  • https://www.liberation.fr/week-end/2002/10/26/pendant-la-cure-j-etais-un-surhomme_419820

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *